adresse de la page : http://teni.free.fr/trOps/alter/langage_epicene.html
accueil trOps
mise à jour le 9 mars 2017

Le langage épicène
la féminisation ou la neutralité du langage


Cliquez ici pour avoir ce document en PDF

Objectifs :

 - faciliter la lisibilité,
 - faciliter la lecture.

Moyens :

 - essayer de contourner le problème,
 - une manière d'écrire simple,
 - facilement reconnaissable,
 - ne brouillant pas la lecture,
 - n'apportant pas de confusion.


 CONTOURNER LE PROBLÈME

Changer, éventuellement complètement, la tournure de la phrase, trouver d'autres mots...
On trouve de nombreux exemples et tutoriels sur le web à ce sujet.



 UNE MANIÈRE D'ÉCRIRE SIMPLE


On évitera tous les "barbarismes" inventés par la langue française :
   - les mots masculins finissant par un E seront inchangés,
   - pour les autres on ajoutera un E,
   - s'il y a des cas où ce n'est pas possible, voir au cas par cas

exemples :

mairesse maire
institutrice instituteur·e

À défaut d'une meilleure idée, on gardera par exemple maquerelle et bourrelle.

À propos des mots masculins finissants par -eur : de nombreux mots féminins sont aussi dans ce cas (valeur, par exemple). On peut donc envisager de ne pas féminiser ces mots masculins.



 UNE MANIÈRE D'ÉCRIRE FACILEMENT RECONNAISSABLE

On évitera la multiplication des signes : point, tiret, barre, etc.
Idéalement on en choisira un qui conviendra partout.



 UNE MANIÈRE D'ÉCRIRE NE BROUILLANT PAS LA LECTURE

On évitera la barre / (slash) qui est visuellement lourde et qui a aussi le sens d'opposition.

On évitera les capitales sans ponctuation (par exemple touTEs) car, en plus d'être inutilisables dans un texte en capitales, elles alourdissent visuellement le texte.

On évitera les parenthèses qui ont une connotation d'exclusion ou d'amoindrissement.

Si on évite maire/esse, chanteur(euse) et instituteur/trice la lecture est déjà grandement facilitée.

Cas avec plusieurs séparations.
Plutôt qu'écrire :                Tou-te-s les instituteur-e-s
nous préférerons :              Tou·tes les instituteur·es

car bien plus lisible, que ce soit avec les yeux ou à voix haute.


 UNE MANIÈRE D'ÉCRIRE N'APPORTANT PAS DE CONFUSION

Le point est courant dans un texte : on l'évitera donc, notamment à cause des mots qui finissent une phrase. Mais c'est aussi le caractère le plus discret. Autre inconvénient : certains logiciels voient « .es » et « .se » comme étant une adresse web en Espagne ou en Suède.

Quant au tiret, il a l'inconvéniant de ne pas être insécable, c'est à dire qu'il peut y avoir « -es » qui se retrouve en début de ligne, alors que le point est insécable. Une solution est d'utiliser le tiret insécable :
 - avec LibreOffice : CTRL+MAJ+ (le - du pavé numérique)
 - avec Word : je ne sais pas.

Le point médian. C'est un point qui se situe plus haut que le point courant : ·
Idée prise ici :
http://contre-la-precarite-et-le-sexisme.blogspot.fr/2016/03/point-median-point-dalterite-ou-point.html

Il a l'avantage de ne pas être un point, d'être insécable et ne de pas avoir la lourdeur du tiret. Mais il n'existe pas sur les claviers.
Avec un traitement de texte, il est dans les caractères spéciaux, vous pouvez créer un raccourci clavier. Sinon :
 - avec Windows, il se fait en maintenant appuyé la touche ALT et en tapant 250 (= ALT+250) ou 0183, 250 et 0183 étant à taper sur le pavé numérique, c'est une solution qui marche partout où on peut écrire.
 - avec Mac : ALT+ .    c'est à dire : ALT+MAJ+ ;
 - avec Linux : taper successivement (donc en relâchant) compose . -    ou compose . ^
La touche compose (ou Multi_key) est paramétrable. Par défaut, elle est souvent paramétrée sur la touche AltGr, la touche Windows ou la touche menu.

Il ne semble donc pas y avoir de bonne et simple solution, nous préférons le point médian, une fois qu'on a pris l'habitude de taper ALT+250 ou équivalent, ça se fait tout seul.


AUTRES MOTS DIFFICILES À FÉMINISER

À défaut d'une meilleure idée, et sachant que la meilleure idée est souvent de modifier la tournure de la phrase :


il/elle il·le ou iel ou ol
le/la le·a ou la·e
celles et ceux celleux
nombreux et nombreuses nombreu·ses
locaux et locales local·es


Ensuite à voir au cas par cas car il est impossible de passer en revue toutes les possibilités.


EXEMPLES DE LECTURE

écrit lecture
les habitant·es  les habitantes et les habitants
(ou le contraire)
les député·es  les députés
les instituteur·es  les instituteurs
ou  les instituteurs et institutrices
iel  il et elle ou iel




 LES LISTES DE NOMS

La grammaire moderne dit qu'on accorde au masculin si au moins un nom est au masculin :

    Une araignée, un morpion et une hyène sont partis


La règle de proximité :
C'est une ancienne règle de la langue française. On accorde avec le genre du dernier mot :

    Une araignée, un morpion et une hyène sont parties

La règle de proximité inverse :
On accorde avec le genre du premier mot :

    Une araignée, une hyène et un morpion sont parties

Intérêt de la règle de proximité inverse par rapport à la règle de proximité : si on accorde avec le dernier mot,

    Un morpion, u
ne araignée et une hyène désaltérées

on n'est pas vraiment sûr que le morpion est désaltéré lui aussi, de même qu'avec la règle de grammaire officielle, selon l'ordre des mots. Alors qu'avec la règle de proximité inverse on visualise sans ambigüité que le mot accordé concerne la liste en entier :

    Un morpion, une araignée et une hyène désaltérés
    Une araignée, une hyène et un morpion désaltérées

Mais il faut que l'auteur mette des mots de genre différents aux extrémités de la liste.

On pourrait aussi inverser la règle : le féminin l'emporte. Mais ça ne ferait qu'inverser le problème.

 UNE MEILLEURE COMPRÉHENSION

Quand nous écrivons :
« les député·es sont allés jouer au golf avec Sa Majesté »,
nous enlevons le doute apporté par l'écriture officielle qui laisse penser que seuls les hommes y sont allés.



 IL N'Y A PAS QUE L'ÉCRITURE DU TEXTE

 - Le sens du texte est important également : évitez les clichés sexistes.

 - Les images mobiles ou non doivent refléter votre opinion sur la place des femmes et des hommes dans le contexte de ce que vous racontez et dans la société.




 TEXTES À DESTINATION DU PUBLIC NON AVERTI

On évitera le défaut traditionnel des militant·es qui écrivent en pensant n'être lu·es que par des personnes déjà convaincu·es. Cette remarque générale peut s'appliquer ici en mettant quelque part sur le document qu'il a été écrit selon certaines règles ayant pour but de rendre le langage épicène, avec pourquoi pas un lien vers une page web qui explique ça.


 LES FÉMINISATIONS ABUSIVES (?)

Dans un but pégagogique ou militant on est tenté d'en ajouter, de féminiser plus que ce qu'a prévu la langue française. Par exemple : les sans-papières.

Pour notre part, nous en resterons à ce principe de base : limiter la complexité du texte, donc limiter les féminisations à chaque fois que c'est possible, par exemple en cherchant des tournures de phrases ou des mots neutres. Nous pensons qu'on n'en est plus à la pédagogie, il faut pratiquer, banaliser, il faut que ça devienne la norme, et les féminisations forcées rebuteront de nombreuses personnes tout en n'apportant rien.

De plus, ici nous trouvons étrange de voir humaniser le mot « papier » en le féminisant, par des personnes qui luttent contre les papiers ou contre l'usage répréssif qui en est fait.

Vu aussi : la féminisation pour des objets ou des idées. Par exemple :
"Une loi et un décrèt validé.e.s"              "Une table et un banc déplacé.e.s"

Il nous semble qu'on sort du but de la féminisation des mots, on complique donc inutilement le texte, et l'opposition à cette féminisation sera d'autant plus forte.


 LE GENRE

Ce n'est pas mon genre ce genre de truc, genre assimiler le genre humain à une règle de grammaire. Mais il faut reconnaitre qu'il n'y a pas de mot et que dans un texte qui parle beaucoup de ça il est difficile de s'en passer. Le mot SEXE n'est pas satisfaisant car il a lui aussi plusieurs sens. Il faudrait inventer un mot, mais il semble qu'il est trop tard, et maintenant GENRE a un sens de plus, que mentionneront bientôt les dictionnaires.
L'usage récent et militant est donc : le SEXE est biologique, le GENRE est social.


D'AUTRES DOCUMENTS

http://haut-conseil-egalite.gouv.fr/IMG/pdf/hcefh__guide_pratique_com_sans_stereo-_vf-_2015_11_05.pdf

http://www.egalite.ch/uploads/pdf/langage_epicene_guide.pdf

https://www.oqlf.gouv.qc.ca/formation_epicene/20141121_f_redac_epicene.pdf

https://www.unifr.ch/egalite/assets/files/conseil/langage_epicene_cantonvd.pdf

http://les-volets-jaunes.org/langue-egalitaire


Souvent le choix des mots n'est pas anodin. Ici nous venons de voir le problème du genre, mais il y en a beaucoup d'autres : mots détournés : http://teni.free.fr/trOps/alter/information/mots_detournes.html

 
Ce texte est mis à disposition sous un contrat Creative Commons
http://creativecommons.org/licenses/by-sa/2.0/fr/

écrivez nous pour tous commentaires et renseignements (teni chez free. fr)